Le web-magazine des professionnels du bâtiment

Accidents de la route : la première cause de mortalité au travail

12 février 2020 | Actualités

Saviez-vous que la plupart des accidents mortels en situation professionnelle sont des accidents de la route ? Chaque année, 53 616 personnes sont victimes d’un accident de la route lié au travail. 40% de ces accidents sont mortels

Le ministère du Travail et le ministère de l’Intérieur, en collaboration avec la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM), la Mutualité sociale agricole (MSA), Santé publique France, et l’Unité Mixte de Recherche Épidémiologique et de Surveillance Transport Travail Environnement (UMRESTTE) ont publié ce lundi l’« Essentiel du risque routier professionnel », un document présentant les chiffres-clés relatifs à cette problématique.

qu’est-ce que le risque routier professionnel ?

Environ 27 millions de personnes en France prennent la route quotidiennement soit pour aller au travail, soit dans le cadre d’une mission professionnelle. Ces travailleurs sont sujets au risque routier professionnel, c’est-à-dire le risque d’avoir un accident sur la route en situation de travail.

Sur l’ensemble des accidents de la route survenant en France chaque année, environ 38% sont liés au travail. Un chiffre loin d’être anodin !

les accidents de la route liés au travail

Sur les plus de 53 000 victimes d’accidents de la route liés au travail chaque année, environ 14000 sont en mission, c’est-à-dire sous l’autorité d’un employeur, ou en train d’exercer une activité professionnelle. Sont inclus ici les déplacements professionnels, bien évidemment.

Les restants 39000 environ sont victimes d’accidents de trajets, c’est-à-dire entre leur domicile et leur lieu de travail ou entre le lieu de déjeuner et le travail.

40% de ces trajets sont mortels, ce qui donne un bilan d’environ 500 tués chaque année dans cette situation. De ces décès, 130 environ sont des accidents de mission (environ 16%), les autres sont des accidents de trajet.

90% des accidents de trajet ont lieu sur la route, seulement 10% sont la conséquence d’un malaise, d’une chute ou autre.

Quelles conséquences ?

En plus des conséquences physiques, parfois tragiques, de ces accidents (décès, blessures, dommages aux véhicules ou à l’équipement public), qui peuvent être parfois irréversibles pour le travailleur et ses proches, l’étude a pris en considération les conséquences parfois très pénalisantes sur l’activité de l’entreprise. 

Chaque année, les accidents de la route liés au travail donnent lieu à 4,1 millions de journées d’arrêt de travail, soit l’équivalent de plus de 16000 salariés qui seraient arrêtés toute une année !

Dans la pratique, chaque sinistre comporte en moyenne 77 jours d’arrêt pour la victime : ce sont 10 de plus que pour les autres accidents du travail.

Comment agir ?

Le document publié par le Ministère des Transports donne aussi des axes d’action pour les employeurs qui souhaiteraient faire quelque chose pour limiter ce risque.

Le risque routier doit tout d’abord être considéré comme un risque professionnel à part entière. Il est donc important de réfléchir aux circonstances de déplacement des salariés : pourquoi se déplacent-ils ? Quand ? Comment ?

Après avoir analysé ces éléments, les employeurs ont les clés nécessaires pour essayer de mieux organiser les déplacements, en adaptant l’organisation du travail, en prévoyant le temps nécessaire (le retard est générateur d’accidents !) et en définissant le mode de transport le plus adapté, notamment pour les déplacements professionnels.

Si l’entreprise possède ses propres véhicules, il est important de bien les choisir et bien les entretenir. Le véhicule doit être adapté au travail à réaliser et aux déplacements à effectuer et doit être correctement aménagé pour le transport de charges et d’outils.

Les communications avec les employés en déplacement doivent aussi être bien organisées. On privilégiera alors les appels hors temps de conduite et on proscrira le téléphone au volant.

Il est également important de sensibiliser ses employés aux risques routiers professionnels en formant tous les acteurs de l’entreprise aux bonnes pratiques de prévention du risque routier.

 

Pour plus de détails, consultez le document en cliquant ici.

Vous avez trouvé cet article intéressant ? Partagez-le !

Tous droits réservés VIPros 2022