Le web-magazine des professionnels du bâtiment

Plan de relance du gouvernement : ce qu’il faut retenir pour le BTP

07 septembre 2020 | Actualités

Le 3 septembre dernier, le Gouvernement a dévoilé son plan de relance, annoncé depuis plusieurs semaines. France Relance est le nom choisi pour le définir. Son objectif, déjà explicité par les déclaration de ces derniers jours, est de retrouver, d’ici 2022, le PIB et les indicateurs de croissance que le pays affichait avant la pandémie de coronavirus. Une sortie de crise en deux ans qui nécessitera de l’engagement et de la participation de chacun, comme l’indiquait Bruno Le Maire il y a quelques jours. 100 milliards d’euros seront investis par l’État, dont 80 qui pèseront sur le budget. Ils seront engagés à partir de 2021, 30/40% la première année, le reste par la suite. La somme sera financée par la dette et par les opérateurs de l’État (BPI, Caisse de dépôt). 30 à 40% de l’investissement total devrait ensuite être remboursé par le plan de relance de l’Union Européenne, par l’ensemble des États membres.

Une repartition sur trois piliers

Le plan de relance sera organisé sur trois grands piliers : la transition écologique, la compétitivité économique et la cohésion sociale et territoriale. Les trois sont très importants pour le bâtiment : voyons ensemble pourquoi.

Transition écologique : 7 milliards pour le bâtiment

À l’intérieur du premier pilier, le Gouvernement affecte les investissement qui seront effectués à des finalités écologiques. 11 milliards seront par exemple fléchés vers les transports et notamment le transport ferroviaire, 9 vers l’énergie et 1,2 vers l’agriculture.  Le bâtiment bénéficiera dans ce cadre de 7 milliards d’euros, dont 4 seront consacrés à la rénovation énergétique des bâtiments publics et 2 à celle des logements (à travers le dispositif MaPrimeRenov). Le milliard restant sera partagé entre réhabilitation lourde dans le parc social et la réhabilitation des locaux des TPE/PME.

Compétitivité économique : 35 milliards pour la relance des entreprise

Le deuxième pilier du plan de relance du Gouvernement comprend 35 milliards d’euros qui seront investis essentiellement pour financer une baisse des impôts de production, à hauteur de 10 milliards par an. Plus dans le détail, la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprise), ainsi que la TFPB (taxe foncière sur les propriétés bâties) et la CFE (cotisation foncière des entreprises) seront réduites de 50% pour les industries.  Ces aides seront concentrées sur les entreprises de taille moyenne (ETI) pour 42%, alors que TPE et PME bénéficieront de 32% de cette baisse et les grandes entreprises de 26% seulement. 3 milliards de ce pilier seront investis en différents dispositifs de garanties de prêts et 500 millions dans le développement d’infrastructures numériques, dont le très haut débit. 

Cohésion sociale et territoriale : préservation de l’emploi et des collectivités locales

Le but principal de ce troisième volet du plan de relance est la préservation de l’emploi. Ainsi, 6,7 milliards d’euros seront investis dans l’emploi des jeunes (plan jeune) et 7,6 milliards dans le dispositif d’activité partielle de longue durée (APLD). 1 milliard d’euros sera enfin investi dans la reforme des formations qualifiantes des branches professionnelles. Toujours dans ce pilier, 5,2 milliards d’euros seront consacrés aux investissements des collectivités territoriales et trois à la construction de logements sociaux et en soutien aux petits commerces de ville.

40 MILLIARDS d’euros aux TPE/PME

Selon le Gouvernement, sur les 100 milliards investis dans France Relance, 40 iront aider directement ou indirectement les TPE/PME. Ces investissements vont permettre notamment de dynamiser le marché, de développer des solutions numériques et de favoriser la transition écologique.  Plus dans le détail, les TPE/PME pourront bénéficier de 1,5 milliards pour développer des prêts participatifs de long terme, 3,2 milliards d’économies sur leurs impôts de production, 40 millions pour le « Prêts croissance TPE« , 565 millions pour la transformation numérique, 1,6 milliards pour la transition écologique, 3 milliards pour l’accès à la formation et la montée en compétence et environ 11 milliards pour les positionnements sur de nouveaux marchés.

DÉCOUVREZ LE PLAN DE RELANCE DES MARQUES VIPROS

Les marques VIPros se sont réunies depuis avril 2020 pour constituer un plan de relance visant à aider les professionnels du bâtiment en mal de trésorerie à cause de la crise coronavirus. 1,4 millions d’aides sont à disposition des artisans, sous forme de produits gratuits et bons de remboursement partiel.
Vous avez trouvé cet article intéressant ? Partagez-le !

Tous droits réservés VIPros 2022